Le Royaume du Peuple Baham

GUA GUEFFA TA'A TOMDJAP

Sa Majesté POUOKAM II Max, Roi des BAHAM

Avril 2017
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
   



 

DEVELOPPEMENT



Document sans titre
Un projet d’Alimentation en Eau Potable, Assainissement et Hygiène pour la Commune de Baham


Par CODEA | Codea-france.org

03 juin 2010



Comme annoncé il y a quelques mois, un projet communal d’Alimentation en Eau Potable, Assainissement et Hygiène, a finalement été soumis le 2 juin 2010 à l’instruction de la Facilité Eau ACP-UE. Construit sur la base d’un schéma directeur de l’approvisionnement en Eau potable pour l’ensemble des 16 Villages de la Commune de Baham, élaboré conjointement par CODEA (www.codea-france.org), le COSIM Rhône-Alpes et le bureau d’études camerounais EED Sarl, le projet, s’il venait à être financé, serait réalisé sur la période 2011-2014 pour un budget global de 2.412.547 €.

Dans la Commune de Baham, la situation actuelle en matière d’eau potable est la suivante:

  • 5 villages (Batossouo, Boukue, Demgo, Hiala, Lagweu) sont traversés par le réseau CAMWATER, alimenté par un château d’eau de 250 m3. Ce réseau dessert actuellement environ 800 abonnés, soit une couverture moyenne de moins de 15% des ménages à Baham. Le taux d’accroissement annuel des raccordements  est estimé à 2% ;
  • 4 villages (Baghom, Cheffou, Medjo, Kaffo) sont proches du réseau CAMWATER et pourraient être alimentés à partir de ce réseau ;
  • Le village de Djemgheu, dispose d’une AEP partielle, alimentée en gravitaire par l’eau d’un ruisseau, avec filtration sur sable desservant 9 bornes fontaines (BF) ;
  • Le village de Gouegoua, a bénéficié d’une installation Scanwater, avec forage, pompe, groupe électrogène, filtration et chloration, alimentant un réseau et quelques BF, l’ensemble étant hors service depuis de nombreuses années.
  • 5 villages (Baho, Banka, Bapi, Chengne, Poumze) ne disposent que de sources traditionnelles, souvent polluées : sources, puits avec seaux et cordes, marigots.

Partant d’une démarche méthodologique initiée dans le Village Djemgheu fin 2007, et d’un schéma directeur élaboré entre juillet 2008 et mai 2009, ce projet a pour but l’atteinte des Objectifs du Millenaire pour le Développement (OMD) dans l’ensemble des villages de la Commune, à savoir une couverture en eau potable d’au moins 75% de la population à l’horizon 2015. En réalité, le projet AEP-Baham ambitionne de couvrir 100% des 40.000 habitants de Baham, en terme d’Equivalent Point d’Eau (EPE). Il prévoit les solutions techniques suivantes:

  • Les réseaux des 5 villages traversés par le réseau CAMWATER sera densifié pour permettre le raccordement facile de toutes les concessions. Les travaux consisteront donc à installer le long des routes desservant des habitations des antennes secondaires et tertiaires de différents diamètres (90 en PVC PN10 ; et 40, 50 et 63 en polyéthylène PN 16) ainsi que des bornes fontaines (en moyenne 1 pour 15 concessions) ;
  • Les 4 villages proches du réseau CAMWATER, seront alimentés à partir de ce réseau, de la même façon que les villages déjà traversés par le réseau CAMWATER ;
  • Le village de Djemgheu, verra son réseau agrandi, pour desservir 8 nouvelles BF à partir des installations existantes, et pour permettre également l’adjonction de branchements privés ;
  • Le village de Gouegoua : en conservant son château d’eau réhabilité, il sera équipé d’une nouvelle installation avec forage, électropompe raccordée au réseau électrique, système de chloration et d’un réseau de tuyauteries alimentant 20 BF et qui permettra également l’adjonction de branchements privés, avec différents diamètres (90 en PVC PN10 ; et 40, 50 et 63 en polyéthylène PN16) ;
  • Les 5 villages qui ne disposent que de sources traditionnelles : ils seront desservis par 4 systèmes autonomes, comprenant chacun : un château d’eau en béton armé posé au sol, un forage, une électropompe raccordée au réseau électrique, un système de chloration et un réseau de tuyauteries alimentant des BF permettant également l’adjonction de branchements privés, avec différents diamètres (90 en PVC PN10 ; et 40, 50 et 63 en polyéthylène PN16).

Pour les villages isolés, les choix des réseaux ont été faits en tenant compte, autant que faire se peut, des limites des villages et des altitudes, qui varient de 1.550m à près de 1.900m. 

Concept introduit par le Ministère de l’Energie et de l’Eau (MINEE) pour la quantification des infrastructures d’accès à l’eau potable en milieu rural, un EPE doit desservir en milieu rural entre 250 et 300 personnes environ, avec une dotation journalière fixée à 25 litres par habitant, l’ouvrage devant fournir par jour environ 7,5 à 8 m3 d’eau pendant 12 heures par jour.

L’objectif du projet AEP-Baham rencontre celui des pouvoirs publics camerounais, à savoir assurer la réalisation d’un EPE pour chaque agglomération de 250 à 300 habitants à l’horizon 2015, sachant que la situation en 2008 au plan national était d’à peine de 30%.

Le projet AEP-Baham est porté par la Commune de Baham (Maître d’Ouvrage), avec comme partenaires les 14 Comités de Concertation villageois (représentés par le CC du Village Djemgheu, et qui mobiliseront pour cela un cofinancement du PNDP), la Commune française de Saint-Germain-au-Mont-D’or (qui mobilisera un cofinancement du Grand Lyon/VEOLIA), le COSIM Rhône-Alpes (Assistant à Maîtrise d’Ouvrage) et le bureau d’études EED (Maître d’Oeuvre).

Espérons qu’il retienne l’attention des évaluateurs de la Commission Européenne, et franchisse positivement les différentes étapes du processus très sélectif de la Facilité Eau ACP-UE.






Qui sommes nous ? | Contactez nous | Recommandez le site | Copyright © 1999-2017 Royaume Baham.