Le Royaume du Peuple Baham

GUA GUEFFA TA'A TOMDJAP

Sa Majesté POUOKAM II Max, Roi des BAHAM

Novembre 2017
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      
   



 

DEVELOPPEMENT



Document sans titre

ALLOCUTION DU CHEF DE LA COMMUNAUTE BAHAM DE DOUALA A L’OCCASION DE L’INSTALLATION SOLENNELLE, LE 05 OCTOBRE 2008, DU NOUVEAU BUREAU EXECUTIF DE LA COMMUNAUTE


Monsieur le sous préfet de l’arrondissement de Douala II
Madame le maire de la commune urbaine de Douala II
Mesdames et messieurs les membres des exécutifs communaux
Honorables chefs des communautés du grand Mifi
Honorables chefs des communautés Baham du Cameroun
Honorables notables et reines Baham
Messieurs les chefs des villages Baham de Douala
Honorables membres du comité des femmes Baham
Messieurs les présidents des organes consultatifs et techniques
Dynamique jeunesse Baham
Distingués invités
Mesdames et messieurs
Chers frères et sœurs,

Il m’est particulièrement agréable de vous souhaiter, au nom de la communauté Baham de Douala et en mon nom personnel, la bienvenue et un agréable séjour parmi nous, ici à l’esplanade du Foyer Social et Culturel POUMZE de Douala.
Votre présence massive à cette cérémonie témoigne de l’intérêt que vous accordez aux activités de notre communauté.
Aux autorités administratives et municipales, nous adressons nos respectueuses salutations ; nous leur présentons nos vifs remerciements pour la sollicitude et la compréhension dont elles ont toujours fait preuve à l’endroit de la communauté Baham de Douala ; puisse cet état d’esprit aller se consolidant toujours davantage.
Aux responsables des autres communautés du grand MIFI ici présents, j’adresse nos vives salutations et nos chaleureux remerciements pour avoir bien voulu honorer de leur présence cette cérémonie, malgré leurs lourdes et nombreuses charges. Votre présence témoigne de l’esprit de convivialité qui règne entre nos différentes communautés ; nous souhaitons que cet esprit aille se consolidant toujours davantage.
Aux responsables des autres communautés Baham du Cameroun, nous présentons nos fraternelles salutations ; votre présence participe de notre commune volonté de partage et de concertation.
Aux dignitaires de la cour royale, nous présentons nos souhaits de bienvenue et nos déférentes salutations.
Nous adressons nos vifs remerciements à tous les électeurs et électrices venus le 29 juin 2008  voter massivement, accomplissant ainsi leur devoir civique. Nos remerciements s’adressent également aux candidats heureux et aux candidats malheureux pour avoir pris la décision courageuse et patriotique de se présenter aux élections pour servir la communauté Baham. Nous présentons nos remerciements appuyés aux aimables sponsors dont la contribution a permis une organisation plus aisée de la présente manifestation.
A la commission électorale, nous présentons nos vives félicitations pour l’expertise et le patriotisme dont elle a su faire preuve dans l’organisation et la conduite des opérations électorales, opérations qui se sont déroulées dans la transparence, la discipline et la sérénité.
Nous prions tous ceux qui, de près ou de loin, ont contribué à la réussite de l’organisation de la présente manifestation, d’agréer l’expression de notre profonde gratitude.

Mesdames et messieurs,
Chers frères et soeurs.
Par la grâce de Dieu et par la volonté des populations Baham de Douala, j’ai été élu chef de la communauté Baham de Douala à l’issue du scrutin du 29 juin 2008 ; d’autres personnes ont naturellement été élues à d’autres postes du bureau exécutif de la communauté ; à ces élus, j’adresse mes vives félicitations ; aux candidats malheureux, je demande de persévérer et de faire toujours preuve d’un dynamisme sans faille au service de la construction de la communauté.
Chers frères et sœurs,
En nous accordant vos suffrages, vous avez ainsi placé votre confiance en nous. Pour ma part, comme par le passé, je ne vous décevrai pas ; pour ce qui concerne les autres élus, compte tenu du savoir, du savoir-faire, du savoir-être et de l’expérience de la gestion des biens et des hommes qu’ont la plupart d’entre eux, il y a lieu d’affirmer qu’ils ont le profil de l’emploi ; en attendant de les "juger comme le maçon au pied du mur", il y a lieu d’espérer qu’ils ne vous décevront pas non plus.
C’est l’occasion pour moi d’exprimer ici, la satisfaction et la gratitude de la communauté à l’endroit des membres du bureau sortant, notamment :

  1. à l’endroit de l’ancien premier adjoint au chef, Monsieur KOUAM Pierre de regrettée mémoire, à qui nous disons paix à son âme,
  2. à l’endroit de l’ancien deuxième adjoint, Monsieur KAMDEM Stanislas, à qui nous souhaitons une bonne guérison,
  3. à l’endroit de Monsieur DZUKO Jean Elie, ancien 3ème adjoint au chef, qui prend aujourd’hui un repos mérité,
  4. à l’endroit de Maître TCHILIBOU Stanislas, aujourd’hui huissier de justice près les tribunaux du Sud-Ouest, pour le dynamisme et la clairvoyance dont il a su faire preuve au poste de secrétaire général,

Au moment où le nouveau bureau exécutif prend solennellement ses fonctions, il est heureux de savoir qu’il hérite d’un climat social serein, d’une organisation financière et comptable transparente, lisible et fiable et d’une  trésorerie saine. Il s’agit là, sûrement, du résultat de la volonté affichée et des efforts déployés par l’équipe que j’ai eu l’honneur de diriger depuis 1996 durant les deux derniers mandats.
Ce bureau, fort de la confiance que vous venez de lui accorder, entend consolider les acquis ainsi capitalisés et ouvrir d’autres chantiers de réflexions et d’actions susceptibles de nous faire avancer davantage tant dans la réalisation des idéaux exprimés dans nos statuts que dans la réalisation des investissements sur le site de notre foyer à Bassa Ndokoti PK8.

Dans cette perspective,

  1. La gestion administrative, financière et comptable sera informatisée dans les prochains mois en vue d’améliorer davantage la consultation, la lisibilité et la fiabilité des données.
     
  2. Nous travaillerons entre autres, à l’enracinement de la solidarité, de la fraternité et du respect du civisme dans la communauté,
     
  3. Convaincus du fait que la force, la capacité fonctionnelle et opérationnelle des organes annexes, consultatifs ou techniques conditionnent la vitalité et l’efficacité de la communauté, nous veillerons à ce que lesdits organes se portent davantage mieux et consoliderons nos échanges et concertations avec eux ; il s’agit notamment des réunions des villages, de la réunion des femmes Baham, des réunions des secteurs, de la réunion des jeunes, de l’association des élèves et étudiants, du groupe d’hommes d’affaires Baham, du groupe des cadres Baham, du cercle des agents de maîtrise Baham, du sous comité Baham-Développement des clans d’âge et des groupes culturels ou sportifs reconnus. Des visites de travail seront régulièrement organisées auprès de ces organes. En attendant, nous demandons à ces organes, de mettre à contribution toutes les grandes potentialités qu’ils regorgent, afin de devenir plus performants ; nous demandons également aux élites de s’impliquer davantage dans les réunions et les activités de leurs villages respectifs car il nous a été donné d’observer que les villages dont les élites sont assez impliquées se comportent honorablement au sein de la communauté et ont des chefs moins complexés et plus performants.
     
  4. Pour ce qui concerne le développement du terroir, nous continuerons naturellement, à apporter la contribution de la communauté; afin que le poids dudit développement ne soit supporté seulement par la communauté Baham de Douala, nous suggérerons  à qui de droit, les moyens de sensibiliser davantage les autres communautés Baham du Cameroun dont les rencontres des responsables pourront devenir un forum où les questions de développement du terroir pourraient être désormais largement débattues.
     
  5. Convaincus que la population Baham de Douala n’est pas fière de son foyer social et culturel actuel dont l’accès est très difficile, et où les chefs, les notables et élites Baham accèdent parfois mouillés par des eaux souillées des ménages versées sur leur tête par des voisins, nous pensons comme vous, qu’il va falloir à court terme, commencer les travaux de construction de notre foyer sur le site de Bassa PK8, où les milliers de parpaings fabriqués depuis des années, risquent d’être irrécupérables si nous continuons à attendre inactifs. Afin que l’essentiel de nos moyens financiers soit plutôt orienté vers ce projet et non vers la réalisation des projets à Baham, nous prendrons l’attache du maire de la commune de Baham, pour qu’en sa qualité de responsable du pilotage du programme national de développement participatif auquel ladite commune a été élue en 2007, il intègre dans ledit programme, certains travaux aujourd’hui totalement financés par les Baham. Concernant le foyer susvisé, nous avons payé les droits liquidés par la Communauté Urbaine de Douala et le permis de bâtir est actuellement disponible. Nous vous avons présenté, il y a quelques années, le plan architectural de l’immeuble à construire ; aujourd’hui nous sommes heureux de vous présenter la maquette de tout l’ouvrage tel qu’il sera, une fois les travaux et autres commodités réalisés ;

Chers frères et sœurs,
Voilà sommairement présenté, l’essentiel de notre programme d’action pour les prochaines années. Nous voulons bien le réaliser ; mais vous savez bien que nous avons seulement la volonté, alors que c’est vous, populations Baham de Douala, qui détenez les moyens, notamment les moyens financiers. Le fait qu’en peu de temps, la plupart des familles Baham de Douala aient construit des foyers de plusieurs niveaux, indique bien que vous le voulez vous aussi, bâtir à Douala un foyer social et culturel digne du peuple Baham, n’est pas un défi insurmontable. Dieu a donné à chacun de nous, des dons spécifiques à mettre au service des frères et des sœurs ; accordons donc à la communauté Baham de Douala, un peu de ces dons dont Dieu nous a comblés.

         Notre foyer que nous voulons construire est comme le "Chan" que construit chaque grande famille traditionnelle. Chaque membre de la famille y apporte son bambou, même si une personne est capable de le construire seule; cela y va de sa fierté, de sa dignité de membre de la famille ; de même, pour chaque membre de la communauté, apporter sa pierre à la construction de notre foyer est à la fois une obligation et la manifestation de sa personnalité responsable. L’homme Baham, vous le savez déjà peut être mieux que moi, a toujours refusé d’être exonéré de ses obligations sociales, de ses obligations citoyennes. Vous connaissez sûrement les cas de ces vieillards qui ont refusé d’être exonérés du payement de l’impôt forfaitaire ; ils ont refusé en disant  que seul est homme et vivant celui qui paye son impôt pour contribuer à la construction de la nation. C’est dire que si quelqu’un construisait seul le dit foyer Baham et vous l’offrait gracieusement sur un plateau en or, je suis sûr que vous n’accepteriez pas ; toutefois, nous savons que chaque famille a ses élites qui sont comme les gros piliers, comme les pierres angulaires qui consolident chaque grand immeuble ; c’est pourquoi, pour accompagner vos efforts personnels, nous ferons naturellement appel à la générosité de nos élites qui sont les piliers de la construction de la communauté Baham,. 

Chers frères et sœurs,
Je ne saurais terminer mon propos sans vous rappeler une fois de plus que le royaume Baham est un et indivisible. La communauté Baham de Douala est en conséquence une et indivisible ; il n’y a pas et il n’y aura jamais à Douala, une communauté Baham des hommes, une communauté Baham des femmes et une communauté Baham des jeunes. Il y a un seul chef et une seule communauté Baham de Douala qui regroupent tous les hommes, toutes les femmes et tous les jeunes Baham de Douala. De même, au niveau des villages à Douala, il y a un seul chef  qui est chef de tous les hommes, de toutes les femmes et de tous les jeunes du village concerné ; il ne saurait en conséquence y avoir dans un village, deux réunions de hommes, deux réunions des femmes, deux réunions des jeunes.
La sécession est un monstre qui n’a jamais existé dans notre Baham natal ; il ne saurait non plus exister dans la communauté Baham de Douala. Sa Majesté POUOKAM TEGUIA Max II, Roi des Baham, nous a toujours conviés à plus d’unité, de solidarité, de paix et d’amour du prochain; il s’agit là, sûrement, des valeurs qui sont à la base du développement économique, social et culturel de n’importe quelle communauté humaine. Toutes les personnes, tous les villages qui chercheront à évoluer à contre courant de ces recommandations, trouveront sur leur chemin, le Roi, prêt à exorciser  ces démons de la division.

Chers frères et sœurs,
La sécession n’est pas une bonne chose ; les hommes doivent par le dialogue et la concertation réussir à trouver une solution juste, équitable et durable aux problèmes qui se posent dans leur communauté. En effet, aucune structure étatique ou communautaire n’accepte perdre une seule de ses cellules membres ; c’est le cas de la Chine qui rejette toute idée d’indépendance du Tibet et de Taiwan ; c’est le cas, plus près de nous, de Bandjoun  qui rejette les velléités d’indépendance de certains peuples de son royaume. La Chine est une grande puissance et tient à être vers l’an 2030, la première puissance du monde non seulement en population mais également en économie ; les Etats d’Europe se regroupent au sein de l’Union Européenne  afin de pouvoir peser lourds dans les organisations internationales ; les Etats-Unis d’Amérique sont un regroupement de près de cinquante Etats et c’est pourquoi ils pèsent lourds dans les organisations internationales. C’est dire en définitive, comme l’affirme déjà un adage bien connu,  que « L’union fait la force ». Autrement dit, ensemble nous pouvons soulever des montagnes, ensemble nous pouvons surmonter n’importe quel défi.

Chers frères et sœurs,
Aucune communauté ne naît grande ; les grandes communautés sont l’œuvre de leurs membres ; ainsi, la communauté Baham de Douala, aujourd’hui appelée Communauté Pilote de Baham, est notre œuvre à nous tous. Le monde évolue ; le Cameroun évolue ; les autres communautés voisines évoluent ; la communauté Baham de Douala ne saurait être en reste de cette dynamique de développement. C’est pourquoi nous appelons à plus d’unité, à plus d’amour du prochain, à plus d’esprit de sacrifice, de solidarité, de paix, de créativité et d’effort au travail, afin qu’ensemble nous construisions une communauté Baham que nous souhaitons laisser meilleure aux générations futures.

Vive la communauté Baham de Douala
Vive Baham
Vive le Cameroun.

Je vous remercie


Le Chef de la communauté 

BEU KWI SA’A NGOUNG SIMO François






Qui sommes nous ? | Contactez nous | Recommandez le site | Copyright © 1999-2017 Royaume Baham.