Le Royaume du Peuple Baham

GUA GUEFFA TA'A TOMDJAP

Sa Majesté POUOKAM II Max, Roi des BAHAM

Novembre 2017
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      
   



 

DEVELOPPEMENT



Document sans titre
Gouvernement Le Pr. Maurice Kamto démissionne


Par Idriss Linge (Le Journal du Cameroun)

01 décembre 2011



Ministre délégué auprès du ministère de la Justice, la nouvelle de sa démission a été rendue publique ce jeudi 30 novembre 2011

Sans crier gare!
Selon une information rapportée par des deux journaux locaux paraissant à Yaoundé la capitale camerounaise, le Professeur Maurice Kamto, ministre délégué au près du ministère de la Justice a décidé de quitter sa fonction ministérielle. J’ai l’honneur de porter à la connaissance du peuple camerounais ma décision de me retirer de mes fonctions de ministre délégué auprès du ministre de la Justice, à compter de ce jour, 30 novembre 2011, peut-on lire dans un communiqué diffusé par les quotidiens Le jour et Mutations, et attribué à l’homme politique. Aucune raison apparente n’exilique cette décision. Mercredi 29 novembre 2011, il a pris part à la traditionnelle réunion du cabinet après une longue nuit de débat budgétaire. Mais le Pr. Kamto ne semble pas souhaiter qu’on voit dans son geste, un désaveu du résultat de la dernière élection présidentielle. Cette décision n’est pas - et ne saurait en aucune manière être interprétée comme - une remise en cause de l’issue de l’élection présidentielle du 09 octobre 2011… à laquelle je n’étais du reste pas candidat. J’entends continuer, autrement, à apporter ma modeste contribution à l’œuvre exigeante, mais combien exaltante d’édification de l’avenir de notre cher et beau pays, le Cameroun, dans la paix et l’attachement aux valeurs et principes républicains, apprend-t-on du communiqué.

Le Pr. Maurice Kamto en 2008 sur le différends frontalier de Bakassi
Le signe d’un mouvement politique majeur ?
La démission annoncée de ce membre de gouvernement vient s’ajouter à ce que de nombreux observateurs perçoivent comme des indices d’un remaniement gouvernemental proche. Depuis sa prestation de serment, le président Paul Biya s’est retiré dans sa résidence privée de Mvomeka à quelques 180 Km de la capitale, d’où il a vécu la publication d’un rapport très débattu par la commission nationale anti-corruption (CONAC). Son retour mardi 28 novembre soit un jour après l’adoption du budget par le parlement, fait dire à certains commentateurs, que plusieurs choses vont bouger bientôt dans la classe politique. Autres indices, le gouvernement a tenu son conseil des ministres, au lendemain du vote du budget par l’Assemblée nationale, et contre les habitudes, un mercredi plutôt qu’un jeudi. Le communiqué final officiel parle de discussions sur la question de la loi des finances 2012. Mais dans les coulisses on laisse entendre que la réunion avait des allures d’au revoir.

Il y a enfin l’annonce jeudi 1er décembre 2011 d’une session extraordinaire de l’Assemblée nationale, prévue pour 16 heures. L’ordre du jour n’est pas connu et donne lieu lui aussi à beaucoup de spéculations. Au-delà de toutes les suppositions cependant, personne ne confirme avec exactitude ce qui pourra intervenir dans l’actualité politique. Au sein de l’opinion, deux évènements majeurs au moins sont attendus, la reprise de l’arrestation de certains membres du régime, après la publication du rapport de la CONAC et, le gouvernement dont le remaniement pour certains devait intervenir «normalement» quelques jours après la prestation de serment du président élu. Le Pr. Maurice Kamto aurait-il anticipé sa sortie d’un éventuel nouveau gouvernement? La question reste posée et les réponses attendues.






Qui sommes nous ? | Contactez nous | Recommandez le site | Copyright © 1999-2017 Royaume Baham.