Le Royaume du Peuple Baham

GUA GUEFFA TA'A TOMDJAP

Sa Majesté POUOKAM II Max, Roi des BAHAM

Juin 2017
L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
   



 

DEVELOPPEMENT



Document sans titre
Ateba Eyene promet la terreur aux corrompus et aux homosexuels


Par Antoine Zanga (Cameroun Actu)

30 novembre 2011



Le coordonateur national du Club éthique du Cameroun a tenu une conférence de presse hier 29 novembre 2011 à l’hôtel des députés à Yaoundé.

L’objet de cette conférence de presse était la lecture de la motion de soutien du Club éthique à la Commission nationale anti-corruption (Conac), après le rapport sur la corruption qu’elle a publiée le 9 novembre 2011. Mais Ateba Eyene a saisi l’occasion pour pourfendre les comportements déviants de la société camerounaise.
A l’hôtel des députés hier dans la soirée, pendant qu’il lit ladite motion, Charles Ateba Eyene s’arrête de temps en temps pour fustiger avec véhémence les dérapages comportementaux de certains haut responsables camerounais.
Avec une gestuelle qui exprime une violente colère, Charles, comme l’appelle amicalement Eugène Messina le modérateur du jour, utilise des termes comme « brigands », « bandits », « sorciers » (…) pour qualifier les artisans des détournements de fonds publics au Cameroun.
Avec force, il demande aux jeunes, très nombreux dans cette salle bondée de monde, de ne point céder aux avances des homosexuels. Et de les prévenir que plusieurs d’entres eux ont pris possession de la machine étatique et veulent faire croire à la jeunesse que le seul mode d’ascension sociale c’est l’option des « pratiques magico-anales ». Il y a quelques années, alors qu’il était ministre de la Communication, « Moukoko Mbonjo a tenté de faire passer nuitamment à l’Assemblée nationale, une loi sur la dépénalisation de l’homosexualité », raconte Ateba Eyene.
Le Coordonateur du Club éthique a promis la guerre aux homosexuels, détourneurs de fonds et autres corrompus, demandant dans le même temps aux jeunes de les dénoncer et de leur mener la vie dure.

La Conac a fait du bon travail

La conclusion est du le Club éthique à suite de la publication du rapport triennal de la Conac sur l’état de la lutte contre la corruption au Cameroun.
Charles Ateba Eyene, a fustigé ceux qui ont critiqué ledit rapport de même que les membres de Conac. Il ne comprend pas que « même les non-certifiés » disent que le rapport de la Conac a des problèmes de méthodologie.
Selon lui, c’est un rapport crédible, élaboré par une structure crédible où travaillent des gens crédibles et sérieux comme Dieudonné Massi Gams, Garga Haman Adji Zacharie Ngniman, Benjamin Fouda Effa, ou encore Jolie Koum.
Pour lui, c’est donc le vrai moment pour ceux qui soutiennent Paul Biya d’envoyer des motions de soutiens. « Le combat de chaque camerounais doit être la lutte contre la corruption ».
Dans son discours, l’homme politique ne manque pas de révéler qu’une certaine presse a reçu plus de 200 millions de Fcfa pour décrédibiliser le rapport de la Conac.
Mais, ça n’a pas marché parce que selon lui, « la Conac représente l’espoir de plusieurs camerounais ».
Pour la circonstance, Charles Ateba Eyene s’est fait accompagner de Pascal Charlemagne Messanga Nyamding, enseignant à l’Institut des Relations internationales du Cameroun (Iric), et du journaliste Sismondi Barlev Bidjocka, porte parole du Rassemblement de la jeunesse camerounaise.






Qui sommes nous ? | Contactez nous | Recommandez le site | Copyright © 1999-2017 Royaume Baham.